Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de décembre 2016

Le monde de l’auto : Cote d’amour des financeurs, distributeurs-financeurs. Une relation plus solide que jamais

  • Interview : Serge Naudin, président du directoire de BMW France
  • Portrait : Raphaël Bretecher, directeur général du département design de Hyundai Motor Europe
  • Coup de fil SAV  : Christophe Musy, directeur de PSA Aftermarket
  • Dossier SAV  : Formation technique  : passage obligé de la qualité de service

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 13 juillet 2016

Stéphane Magnin Suzuki : "Le SUV est dans notre ADN"

par

Tous les voyants sont au vert pour Suzuki en France qui bénéficie d’une progression de 10% de ses ventes au premier semestre 2016. Entretien avec Stéphane Magnin, directeur de l’activité automobile Suzuki France.

Auto Infos : Comment analysez-vous le marché automobile à fin juin 2016 et les résultats de Suzuki en France ?

Stéphane Magnin : Nous sommes d’ores et déjà sur une tendance d’un marché d’avant-crise avant les primes à la casse de 2007. A l’intérieur de ce marché, les ventes aux particuliers ne représentent que 51%. Pour notre part, 70% de nos ventes sont réalisées à travers ce canal. Nous sommes les plus gros vendeurs à particuliers en proportion avec Dacia. Nous bénéficions de cet engouement de marché et de l’arrivée de nouveaux produits : notamment Vitara, sorti il y a un an, qui est sur une tendance de 7500 unités cette année. Nous en manquons avec à peu près 15 000 backorder en Europe dont un millier en France, 800 Swift, et 300 Jimmy et on commence à avoir un peu de retard sur la Baleno hybride. Nous allons essayer de le combler au maximum d’ici la fin de l’année.

A.I. : Quelle est votre progression au 1er semestre 2016 ?

S.M. : Nous enregistrons un premier semestre plutôt très bon avec une évolution de +10%. Malgré nos retards de livraison, nous avons immatriculé 10 000 voitures à fin juin et nous espérons pouvoir atteindre les 22 – 23000 unités cette année contre 18 500 l’an passé. Nous visons les 30 000 unités en 2018.

A.I. : Comment se répartissent vos ventes suivant vos différents modèles ?

S.M.  : Le Vitara représente 35% des ventes aujourd’hui, la Swift se situe à 36% malgré ses années d’existence soit 70% de nos ventes sur deux modèles. La part de Baleno à 5% n’est pas encore significative mais elle devrait fortement évoluer.

A.I. : Quelle est votre stratégie à travers ces nouveautés produits ?

S.M. : Les nouveautés s’inscrivent dans une stratégie européenne pour atteindre 300 000 voitures à l’horizon 2018. Comme la France pèse 10% de ces ventes en Europe, cela représentera 30 000 dans l’Hexagone. Nous allons nous appuyer sur deux gammes parallèles : d’un côté les citadines avec les compacts du segment A et B avec trois offres : Celerio, Swift et Baleno. La Swift sera totalement renouvelée en avril 2017. Et une gamme SUV avec l’arrivée Ignis présenté au Salon de Tokyo, le Vitara et sa nouvelle motorisation et S-Cross qui bénéficiera d’un facelift lors du prochain Mondial de l’Automobile.

A.I. : La marque bénéficie-t-elle naturellement de la vague SUV en Europe ?

S.M. : Le SUV est notre ADN en Europe et en France en particulier avec la gamme 4x4 Vitara. Naturellement, nous avons une grosse proportion de SUV vendue en version quatre roues motrices. Pour deux raisons : aucun n’a un malus et notre passé dans le 4x4 nous sert bien dans les zones de montagne où nous sommes fortement implantés. Même si en Bretagne, par exemple, nous vendons également pas mal de SUV.

A.I. : Comment se porte le réseau Suzuki en France ?

S.M. : Nous avons 197 points de vente, nous allons monter jusqu’à 200 en fin d’année. Nous avons 167 contrats de concessionnaires pour 147 investisseurs. Nous avons une quarantaine de show-rooms exclusifs. Outre les produits, nous travaillons sur deux axes de développement : le Suzuki Sales Campus qui permet de former les vendeurs. C’est de la formation en e-learning tout d’abord puis une journée par mois sur une quinzaine de sites en France. Un formateur coach-les suit tout au long de l’année. Nous avons également proposé de nouveaux standards de show-room qui sont très simples avec un investissement limité pour le concessionnaire. Nous lui demandons de faire la boîte tandis que nous nous engageons à équiper l’intérieur en mobiliers et enseignes extérieures, soit deux tiers pour nous en investissement. A l’horizon 2018, l’ensemble du réseau sera conforme à ces standards.

A.I. : Quid de la rentabilité du réseau ?

S.M. : Nous constatons une vraie remontée de la rentabilité que l’on estime entre 1 et 1,2% mais c’est assez difficile à quantifier quand nous sommes en multimarques. Nous mettons d’ailleurs en place un tableau de bord pour la calculer précisément. Nous serons opérationnels début 2017 sur ce plan. L’objectif sera d’atteindre 1,5% grâce aux nouveautés produits.

A.I. : Quels sont vos résultats au niveau du financement ?

S.M. : Nous sommes en marque blanche avec Cetelem Automobiles et nous marchons plutôt bien avec un produit qui s’appelle Swich and Go. C’est de la LOA avec maintenance qui représente plus de 60% de nos crédits depuis le lancement il y a cinq mois.

L'info en continu

Mopar réorganise ses gammes 12 juillet 2016 par Frédéric MARTY Après-vente Antoine Burguière nommé directeur des marques Fiat, Lancia et Abarth (...) 13 juillet 2016 par Alice THUOT Nominations

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.