Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de novembre 2017

Monde de l’auto : le salon de Lyon mise sur les distributeurs régionaux

  • Interview : Lionel French-Keogh, directeur général de Hyundai France
  • Portrait : Carla Gohin, directrice de la recherche, de l’innovation et des technologies avancées du groupe PSA
  • Dossier après-vente : Equip Auto se replace au centre du jeu
  • Coup de fil SAV  : Olivier Jean-Jacques Lafont, président-directeur général d’Alliance Automotive Group

Edito | Découvrir

S’abonner

jeudi 19 octobre 2017

Skoda Karoq : le bon compromis

par

Skoda complète sa gamme de SUV vers le bas en ajoutant à son catalogue le Karoq, petit frère du Kodiaq. Comme traditionnellement, la marque tchèque joue sur le credo du véhicule modulable et pratique, tout en affirmant sa stratégie de montée en gamme.

Le groupe Volkswagen étoffe progressivement son catalogue de SUV et c’est au tour de la marque tchèque de compléter le sien avec le Karoq, SUV compact qui vient remplacer le Yeti en fin de vie. Esthétiquement, pas de grosses surprises pour ce Karoq qui partage la même plateforme MQB que le Seat Ateca. Pour preuve, leurs dimensions, très proches : le Karoq mesure 4,382 m de long, ce qui en fait un des SUV les plus petits du marché face, par exemple, au Tiguan (4,486 m), au 3008 (4,447 m) ou encore au Qashqai (4,394 m). La largeur et la hauteur sont quasi similaires à celles de l’Ateca pour atteindre respectivement 1,841 m et 1,603 m le tout, pour un empattement strictement identique de 2,638 m.

Résultat : une ressemblance assez frappante avec l’Ateca, avec cependant quelques éléments distinctifs tels que les phares avant répartis sur deux étages, la calandre plus imposante et des extensions aérodynamiques redessinées. À l’intérieur, la planche de bord, bien que sobre, reste cependant plus élégante que celle dont dispose l’Ateca, surtout si elle reçoit le tableau de bord entièrement digitalisé (Digital Cockpit) déjà présent sur la Golf et les modèles Audi, proposant quatre modes d’affichage. Une option qui ne sera disponible qu’à la fin de l’année prochaine et dont le prix n’a pas encore été fixé.

Une montée en gamme assumée

Un équipement qui prouve qu’avec son SUV, la marque tchèque poursuit sa stratégie de montée en gamme. Cette volonté s’illustre aussi dans la construction de la gamme. Le SUV compact ne dispose pas de la version Active comme pour le Kodiaq ; la gamme démarre avec la finition Ambition, se poursuit avec une finition Business consacrée aux entreprises et se boucle avec le haut de gamme Style. Résultat, un modèle entrée de gamme dignement équipé avec la climatisation à régulation automatique bi-zone, l’allumage automatique des feux, le détecteur de pluie, les phares et feux antibrouillards Full-LED, les rétroviseurs extérieurs électriques dégivrants rabattables.

En équipements de sécurité, le radar de recul, l’aide au démarrage en côte, le régulateur de vitesse avec limiteur de vitesse, le détecteur de fatigue et l’aide au freinage d’urgence sont fournis de série. Du côté de la connectivité, le Karoq est livré avec le système Infotainment Online et le Care Connect valable un an, la téléphonie Bluetooth, le système de navigation 8" couleur tactile avec cartographie Europe ainsi que MirrorLink, Android Auto, Apple Carplay.

Un SUV à vocation familiale

Ce n’est cependant qu’au troisième niveau de finition (Style) que le SUV propose de série un élément central qui lui confère toute sa modularité, à savoir les sièges Varioflex. De base, le volume de coffre du Karoq s’inscrit parmi les meilleurs du segment et varie de 520 à 1 630 l avec les sièges arrière rabattus. Grâce aux sièges arrière VarioFlex, option facturée à 450 euros en finition Ambition et de série sur Style, le Karoq offre une modularité imbattable. Ce système est composé de trois sièges indépendants coulissants et rabattables de manière indépendante. Résultat : avec les sièges VarioFlex, la capacité est comprise entre 479 et 588 l, tandis qu’en configuration deux places, ce volume atteint une capacité record de 1 810 l.

Sur la route, le Karoq confirme son ambition : devenir le SUV compact tranquille et familial par excellence. Dans notre version d’essai, le TSI 150 ch associé à une boîte automatique sept rapports, le véhicule montre une conduite souple, confortable mais surtout silencieuse sur les routes siciliennes pourtant très chaotiques. Le tout, pour une consommation homologuée à 5,4 l/100 km, plus proche des 7,2l/100 km lors de l’essai. Pour son lancement, quatre motorisations sont proposées : en essence, le 1.0 l de 116 ch, notre version d’essai, et du côté des diesel une offre composée du 1.6 l de 116 ch et le 2.0 l décliné en 150 ch. Tous ces blocs sont disponibles avec une boîte manuelle six vitesses ou DSG sept rapports tandis que le diesel de 150 ch se pare d’une transmission intégrale.

Plus cher mais mieux équipé

Du côté des tarifs, la finition Ambition, bien fournie, est affichée à partir de 25 790 euros avec le TSI 115 ch et boîte manuelle six vitesses contre 23 400 pour le Yeti. Avec comme résultat un modèle mieux équipé, plus modulable et au goût du jour. Par rapport à la concurrence, le Karoq se positionne quasiment au même tarif qu’un Peugeot 3008, négocié en entrée de gamme Access à 25 900 euros avec un moteur plus puissant de 15 ch mais un équipement un peu moins dense. Par rapport à une autre référence du segment, le Nissan Qashqai finition Visia, le Karoq, doté de la même motorisation de 115 ch, s’avère plus cher de 2 790 euros mais dispose d’un niveau d’équipement supérieur.

En diesel et finition entrée de gamme Ambition, le SUV tchèque se négocie à 28 790 euros doté du 1.6 l de 116 ch avec boîte manuelle six rapports, un prix supérieur de près de 1 400 euros par rapport à un 3008 Access équipé de BlueHDI 100 ch et boîte manuelle cinq rapports, et de près de 3 400 euros par rapport au Qashqai en entrée de gamme Visia diesel 1.5 l de 110 ch avec boîte manuelle six rapports. Des écarts de prix plutôt importants en diesel, qui devraient être résorbés avec l’apparition courant année prochaine de la finition entrée de gamme Active pour ce Karoq.

Un redoutable concurrent pour le Tiguan

Mais ce Karoq, fort de ses équipements, risque surtout de faire de l’ombre à son cousin allemand, le Volkswagen Tiguan. Le SUV premium est proposé à partir de 25 540 euros en finition entrée de gamme Trendline, soit seulement 250 euros de moins que le Karoq, avec un niveau d’équipements presque équivalent (sans la climatisation automatique toutefois..) et avec le moteur TSI 125 ch. En diesel, le SUV tchèque reste plus abordable que le Tiguan, facturé en 115 ch finition Trendline 29 380 euros.

L'info en continu

Equip Auto 2017 : Les débuts d’Autobutler 19 octobre 2017 par Frédéric MARTY Après-vente Equip Auto 2017 : Federal Mogul booste Champion 19 octobre 2017 par Frédéric MARTY Après-vente

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.