Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de

• Monde de l’auto : Bilan et prévisions des constructeurs

  • Monde de l’auto : Faits marquants de l’année 2017
  • Interview : Pierre Boutin, directeur de la marque Volkswagen en France
  • Dossier après-vente : Fidélisation  : les réseaux renforcent leur puissance de feu
  • Coup de fil SAV : Steve Leal et Olivier Grouillard, respectivement président de Fix Auto World et de Fix Auto France

Edito | Découvrir

S’abonner

jeudi 25 janvier 2018

Pierre Boutin (Volkswagen) : « Nous devons retrouver une relation gagnante avec notre réseau »

par

Entretien avec le nouveau dirigeant de la marque Volkswagen en France qui a accordé sa première interview à Auto Infos le 10 janvier dernier. Fort d’une solide expérience en Russie et au Canada, ce québécois d’origine a pour mission de retrouver la croissance tout en restaurant la confiance du réseau via une meilleure rentabilité. Le tout sur fond du plan d’électromobilité du groupe et de digitalisation de l’ensemble des services.

Auto Infos : Vous avez pris les rênes de la marque Volkwagen en France en novembre 2017. Quels sont vos principaux objectifs  ?

Pierre Boutin : Pour moi, il y a trois éléments très importants. Nous devons absolument remettre la marque sur le chemin d’une croissance continue. Dans un deuxième temps, il faut retrouver une relation gagnante avec le réseau. Nous avons des opportunités communes en travaillant plus étroitement, nous devons mieux communiquer pour attaquer les défis qui nous attendent. Il faut également accélérer la transformation de l’entreprise à travers le plan Transform 2025 annoncé il y a 18 mois. Il s’agira de voir quelles sont les grandes priorités qui en résulteront en France pour la marque. Le réseau sera au cœur de ces développements futurs. Pour nous, le réseau est une force, nous voulons capitaliser sur cette relation

« Deux tiers des clients concernés par la campagne de rappel sont venus dans nos concessions.  »

A. I. : Quel regard portez-vous sur le marché automobile français et européen en 2017  ?

P. B. : Ce fut une très bonne année pour l’automobile en général avec 14 millions de véhicules immatriculés en Europe et plus de deux millions d’unités en France. Nous apprécions cet environnement par rapport aux années passées. Il faut, en revanche, regarder la qualité de ce marché à l’intérieur de ce marché et savoir s’adapter par rapport à cela.

A. I. : Quels sont les résultats de la marque Volkswagen en France  ?

P. B. : Nous avons atteint les 140 000 véhicules cette année ce qui représente une part de marché de 6,7 %, soit un recul de 0,5 point de pénétration, notamment sur le marché des particuliers. C’est un élément sur lequel nous devons concentrer nos forces cette année. Cette baisse de nos ventes à particuliers peut s’expliquer par nos lancements réalisés dans la dernière moitié de l’année 2017, notamment la Polo et le T-Roc. Sans oublier l’arrivée de la nouvelle Golf mais nous n’avions pas encore toutes les configurations.

A. I. : Comment évoluent vos ventes dans les différents canaux (particuliers et LLD/professionnels)  ?

P. B. : Au niveau des particuliers, nous avons enregistré une part de marché de 6,6 %, soit une baisse de 0,8 point. Au niveau des flottes, cette part de marché est de 7,7 %. Nous avons enregistré un record de ventes sur ce dernier canal tout en développant le canal des petites et moyennes entreprises. Nous réalisons également 40 % de nos ventes flottes en LLD.

A. I. : L’année 2017 a été marquée par le regain des ventes tactiques courte durée et VD dans l’Hexagone. Quelle est votre position quant à cette tendance  ?

P. B. : Effectivement, la croissance des canaux tactiques a été très importante en 2017. Nous n’avons pas voulu jouer dans ces canaux de détérioration de la qualité des ventes.

A. I. : D’aucuns disent que cela permet de faire du véhicule d’occasion  ?

P. B. : Ce n’est pas dans l’optique de l’entreprise en France. Lorsque l’on construit un véhicule, on ne peut pas imaginer détruire sa valeur de 20 à 30 %. Ce n’est pas comme cela qu’il faut faire du VO.

A. I. : Quels sont vos principaux modèles commercialisés en 2017  ?

P. B. : Malgré la transition avec l’ancien modèle, la Polo est le véhicule le plus vendu avec près de 38 000 unités. Nous avons réalisé également une bonne année avec la Golf avec 30 000 unités. Le Top 3 est complété par le Tiguan avec 25 000 ventes. Ces trois véhicules représentent deux tiers des ventes.

A. I. : Où en êtes-vous par rapport à l’affaire dieselgate qui a fortement secoué la marque  ?

P. B. : Nous avons enregistré le retour d’un peu moins de 400 000 clients qui sont revenus en concession pour les mises à jour de leur véhicule, soit plus des deux tiers des clients concernés. À ce propos, j’en profite pour remercier notre réseau qui a fait un travail colossal en la matière.

A. I. : Cette histoire est-elle derrière vous  ?

P. B. : Tout évènement passé a une incidence sur l’avenir. Notre stratégie Transform 2025 est née de cette histoire avec les moteurs diesel. Nous avons beaucoup appris. Les campagnes de rappel sont toujours en cours. Nous poursuivons les relances des clients qui ne se sont pas présentés.

A. I. : Dans le contexte environnemental actuel, le diesel a-t-il encore un avenir à court terme  ? Allez-vous porter vos développements moteur sur l’essence  ?

P. B. : Oui bien sûr, le diesel a encore un avenir au niveau des économies d’essence et de ses moindres émanations de CO2. La part du diesel va encore continuer à diminuer. Le coût de développement du diesel pour les petites cylindrées est désormais trop important. Notre mix diesel était de 49 % sur nos immatriculations 2017 (53 % en 2016) ce qui est en ligne avec le marché français.

A. I. : Comment se porte votre réseau de distribution en France  ?

P. B. : Nous avons 480 points de vente, dont une centaine d’investisseurs (98) et des réparateurs agréés. Quand on regarde simplement les résultats de la dernière Cote d’amour des constructeurs, notre 21e place n’est pas acceptable. Nous avons beaucoup d’améliorations à apporter à notre réseau. Quel que soit le réseau et le pays, la rentabilité est toujours l’élément essentiel pour nos investisseurs. Il faut s’y attaquer. Celle-ci progresse en 2017 et se situe aux alentours d’un point pour les concessions uniques Volkswagen. Nous n’avons pas l’intention non plus de rationaliser ce réseau.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le numéro Auto Infos 1372 (février 2018).

L'info en continu

Le groupe Colin lance officiellement Youpicar 24 janvier 2018 par Frédéric MARTY Distribution VO Leads : Hyundai France déploie un call-center national 25 janvier 2018 par Christophe CARIGNANO Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.