Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de juin 2017

Monde de l’auto : vente en ligne, entre tendance et réalité

  • Interview : Pierre-Martin Bos, directeur des marques Fiat et Abarth en France
  • Portrait : Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot
  • Dossier après-vente : Peinture, le défi de la colorimétrie
  • Coup de fil SAV : Yann Gyssels, co-fondateur de Yakarouler

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 10 mai 2017

Le sergent Poivre a 50 ans

par

Il y a 50 ans en avril 1967 les Beatles nous offraient une pépite (La fanfare des cœurs solitaires du sergent Poivre) autrement dit (Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band). Nos plus jeunes lecteurs qui n’étaient pas nés à l’époque connaissent malgré tout, une ou plusieurs plages de cet album. Un des titres de cet album nous amusait car on était loin d’imaginer avoir un jour 64 ans (When I’m Sixty-Four). Aujourd’hui on regrette ne plus les avoir.

Belle occasion de faire un retour en 1967 sur l’activité automobile de cette époque. En Suède c’est le Dagen Högertrafik, qui change le sens de circulation automobile dans le pays, du côté gauche vers le côté droit de la chaussée. Un peu de confusion comme on peut l’imaginer mais alors qu’une telle décision chez nous ou chez nos cousins Italiens aurait probablement causé le chaos total la Suède n’a eu à déplorer qu’un mort et encore cela concernait un homme ivre au volant.

En France, la section Nemours-Auxerre de 80 kilomètres est ouverte le 15 mars et la jonction Paris-Avallon est enfin réalisée, soit 208 kilomètres sans carrefour ni village à traverser pour un coût de 9,50 F – pour les véhicules de moins de 5 CV. Le litre d’essence coûtait alors 0.95 F mais on ne retrouve même pas dans les statistiques le prix du gasoil, c’est tout dire.

Les motos japonaises arrivées quelques années plus tôt sur les circuits et qui avaient du mal à finir les grands prix, ce qui faisaient se gausser les constructeurs britanniques, sont désormais fiables et décrochent les trois premières places au championnat du monde 1967 en 50 cc avec un triplé Suzuki, en 125 cc (Yamaha, Yamaha, Suzuki), en 250 cc (Honda, Yamaha, Yamaha), 350 cc (Honda, MV Agusta, Honda). L’Italien MVagusta sauve l’honneur en 500 cc mais Honda complète le podium. C’est le début de la suprématie japonaise en moto.

Au salon de Paris, qui a été inauguré par le président De Gaulle, Citroën dévoile la Dyane destinée à compléter l’offre de la 2CV (puis la remplacer à terme). Finalement c’est la Dyane qui s’arrête en 1983 alors que la 2CV poursuit sa carrière jusqu’en 1991. Simca lance la Simca 1100 qui sera produite à plus de 2 millions d’exemplaires sous le nom de Simca puis ensuite de Talbot.

NSU présente la RO 80 qui sera voiture de l’année en 1968. Cette voiture est équipée d’un Birotor Wankel (qui sera également utilisé par Citroën sur sa GS birotor).

Chez Fiat dont la 124 est élue Voiture de l’année 1967 en Europe, la nouveauté de ce salon concerne la Fiat 125, une berline classique de classe supérieure à trois volumes et 4 portes avec un moteur placé à l’avant longitudinalement et propulsion arrière. À cette époque la plupart des grands constructeurs européens pratiquent encore la politique de la monoculture, un seul modèle, suffisait à répondre aux appétits encore modestes du marché intérieur

Fiat est le premier constructeur à rompre avec cette monoculture des produits. Ainsi de 500 cm3 à 2 300 cm3, Turin peut répondre à toutes les demandes ce qui lui permet de ravir à Volkswagen – qui ne parvient pas, elle, à sortir de sa monoculture Coccinelle – la place de première marque en Europe. Cette même année, Fiat devient également le premier importateur de voitures en France.

Autre vedette du salon 1967, Honda qui, après les résultats très mitigés de sa S800 commercialisée chez nous depuis 1966, présente la N 600 (doublée par un modèle de plus faible cylindrée, la N 360) Notons également, la présentation de l’Olympia, d’Opel, reprenant le nom d’un modèle de la marque disparu au début des années 50, et la japonaise Corolla 1100, produite par Toyota.

Côté innovation technique, Citroën présente une DS restylée comportant une calandre à quatre phares dont les phares intérieurs pivotent dans le sens du virage. Ces phares pivotants ne seront jamais étendus à un autre modèle de la gamme et disparaîtront avec la DS au milieu des années 70.

C’est Renault qui dicte le marché français en 1967 avec 364 000 véhicules vendus suivi de Citroën (323 000) de Peugeot (228 000) et de Simca (126 000). Les modèles les plus populaires sont la Renault 4 (178 000 immatriculations), la Citroën Ami 6 (149 000) et la Peugeot 204 (130 000), viennent ensuite Peugeot 404, Renault 16, Citroën ID/DS, Citroën 2CV, Renault 8/8 Major et Renault 10.

À l’écoute, cet album des Beatles est juste intemporel, pas une ride, il pourrait avoir été créé récemment. Pas la même chose en ce qui concerne les automobiles de cette même année : les formes, les équipements, les performances, la consommation, bref le décalage de 50 ans est bien réel même si on les aime toutes ces autos qu’on ne veut pourtant plus voir dans les rues de Paris. Un peu comme si on censurait tout ce qui a 50 ans et plus à la radio.

Bernard Coste (bc@bernard-coste.com) est membre de Team Auto

Note de l’auteur :

Beaucoup de marques de cette époque ont disparu aujourd’hui, entre autres :

Autobianchi : la marque fondée en 1955 est rachetée par le groupe Fiat en 1968 avant de disparaître 1992.

Austin/Morris/Triumph : les trois marques du Groupe British Leyland devenu Rover disparaitront respectivement en 1987 et 1988 et 1984. Le groupe Rover créé à la fin du 19e siècle, pionnier de l’industrie automobile et fierté de l’empire britannique, a déposé le bilan en 2005.

Daf : la division automobile de Daf, trop confiante dans ses produits à la fin des années 1960, investi dans une usine qui plombera les comptes de la société, obligeant une cession à Volvo en 1975.

NSU dont la situation financière est délicate est acquise par Volkswagen en 1969, qui la fusionne avec Auto Union pour devenir Audi. La marque disparaît en 1977.

Panhard : Après avoir fusionné avec Citroën en 1965, la marque arrête son activité civile en 1967.

Saab : Ancienne filiale de Scania et de General Motors, le constructeur suédois a été racheté par l’artisan néerlandais Spyker Cars en 2013 en cessation.

Simca : Malgré plusieurs repreneurs Fiat (jusqu’en 1963) ; Chrysler (1963-1978) PSA Peugeot Citroën (1978), la marque disparaît en 1980.

Sunbeam : marque du groupe Chrysler UK racheté par PSA disparaît en 1988.

L'info en continu

Feu Vert lance sa nouvelle génération de pneu 10 mai 2017 par Frédéric MARTY Après-vente Frédéric Richard est nommé directeur de la communication de la FFC 10 mai 2017 par Frédéric MARTY Nominations

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.