Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de novembre 2017

Monde de l’auto : - Cote d’amour des constructeurs 2017 et l’après-vente à l’heure de l’électrique

  • Interview : Didier Gambart, président de Toyota France
  • Portrait : Christian Digoin, président du groupe DMD
  • Dossier après-vente : Vers la disparition de la prise OBD ?
  • Coup de fil SAV : Christophe Collin, directeur marketing de Ford Service

Edito | Découvrir

S’abonner

vendredi 1er décembre 2017

La distribution automobile peut-t-elle intégrer efficacement des actifs d’autres secteurs ?

par

La question se pose aux regards de la pénurie de talent constatée dans les métiers sensibles du secteur, des besoins en reconversion de salarié d’autres secteurs touchés par la mondialisation ou les bouleversements numériques et des résultats d’une récente étude révélant que la formation continue est plébiscitée par les actifs de tous âges comme le principal levier permettant de rebondir professionnellement.

La formation continue est reconnue comme l’un des meilleurs vecteurs d’employabilité. La nouvelle notion d’employabilité est fortement liée au niveau de qualification et de compétence. Le ministère du Travail la définit comme « la capacité d’évoluer de façon autonome à l’intérieur du marché du travail, de façon à réaliser, de manière durable, par l’emploi, le potentiel qu’on a en soi et qui dépend des connaissances, des qualifications et des comportements qu’on a, de la façon dont on s’en sert et dont on les présente à l’employeur ». L’étude tend à montrer comment les actifs professionnels se positionnent vis-à-vis de cette notion et comment ils font pour rester « employable » en évoluant professionnellement dans leur branche ou dans un autre secteur. On y apprend qu’aujourd’hui que 4 actifs sur 5 s’estiment suffisamment formés pour le secteur d’activité dans lequel ils souhaitent travailler. 18 % en moyenne manqueraient de compétences pour le poste qu’ils convoitent la part grimpant à 21 % chez les moins de 24 ans et à 30 % chez les chômeurs ayant déjà travaillé. Si le résultat de l’enquête souligne parallèlement que les salariés se montrent confiants dans leur propre capacité à développer leur employabilité, 1 sur 4 estime tout de même que la mise en place de modules de formation pour développer cette employabilité interne voire externe relève du rôle de l’employeur. Pour booster leur parcours, se créer de nouvelles opportunités ou tout simplement se montrer « désirable » sur le marché de l’emploi, un tiers envisagerait de changer de métier à court terme. Parmi ceux-là 40 % miseraient plutôt sur leur réseau professionnel pour intégrer la filière adaptée, 35 % sur les organismes de formation et le reste s’en remettrait aux services publics et aux acteurs privés du développement personnel comme les coaches de carrière.

Interrogés sur le moyen le plus efficace permettant de développer l’employabilité, les actifs et salariés font confiance d’abord à l’employeur qui joue pour eux un rôle déterminant. Ils expriment par la même un réel besoin de développer leurs compétences à bon escient afin de mieux participer au développement de la structure qui les fait vivre. Ainsi 27 % d’entre eux plébiscitent la formation proposée par leur entreprise. La part est encore plus importante dans les structures de moins de 1 000 salariés. D’après l’étude, les interviewés souhaiteraient avant tout voir augmenter le nombre de formations sur les nouveaux outils technologiques, appelleraient à la mise en place d’évaluations plus fréquentes axées sur le développement du salarié mais aussi à l’instauration d’un mentorat d’entreprise basé sur le soutien. Enfin les actifs semblent accueillir favorablement le développement de l’usage professionnel des technologies numériques et voient la maîtrise de ces outils comme un atout professionnel favorable à leur employabilité.

Forts de cet éclaircissement, les acteurs de la distribution automobiles devront surement faire évoluer la formation actuelle pour d’une part permettre un meilleurs accès aux métiers les plus sensibles et mieux attirer les adultes en reconversion et d’autre part compléter les dispositifs de formation initiale et des contrats de qualification. L’enjeu sera de pouvoir capter les meilleurs talents en matière de potentiels et tempérament parmi les transfuges des métiers sinistrés pour garantir la qualité du service de demain. Il y a déjà sur le marché de l’emploi assez bien de candidats à ce genre de reconversion. Nous recevons tous les jours, dans notre activité de recrutement, des candidats de tous âges qui nous demandent comment faire pour se former à un des métiers de l’automobile qui les attirent beaucoup. Ils sont chaque mois en moyenne 25 % sur un volume de plus de 3 000 candidatures. L’employabilité n’est pas seulement l’affaire des services RH, c’est l’essence de ce qui permet à un actif d’évoluer dans un monde professionnel en mutation. Les employeurs comme salariés doivent y rester particulièrement attentifs.

L'info en continu

Continental rééquilibre sa présence mondiale 1er décembre 2017 par Frédéric MARTY Equipementiers Les ventes VN en France dynamisées par la location 4 décembre 2017 par Alice THUOT Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA