Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de décembre 2016

Le monde de l’auto : Cote d’amour des financeurs, distributeurs-financeurs. Une relation plus solide que jamais

  • Interview : Serge Naudin, président du directoire de BMW France
  • Portrait : Raphaël Bretecher, directeur général du département design de Hyundai Motor Europe
  • Coup de fil SAV  : Christophe Musy, directeur de PSA Aftermarket
  • Dossier SAV  : Formation technique  : passage obligé de la qualité de service

Edito | Découvrir

S’abonner

jeudi 13 octobre 2016

Hyundai innove avec Ioniq

par

La marque coréenne lance Ioniq sur le marché français. Une offre unique, puisque ce modèle se décline en hybride, hybride rechargeable et 100 % électrique. Un renfort de poids pour améliorer la position de Hyundai sur le segment C.

À l’heure où certains constructeurs hésitent toujours entre différentes solutions technologiques pour propulser leurs voitures, Hyundai met sur le marché Ioniq, premier véhicule proposé en hybride, hybride rechargeable ou 100 % électrique. Trois versions chargées de répondre à des conditions d’utilisation différentes et à des clientèles tout aussi différentes mais complémentaires. La première version commercialisée est l’hybride, dès ce mois d’octobre. L’électrique arrivera le mois suivant alors que l’hybride rechargeable est prévue pour le premier trimestre 2017. Face à cette première déclinaison hybride, la cible est claire : la Toyota Prius est dans le viseur de Hyundai. Cependant, si cette Prius reste la concurrente principale de Ioniq hybride, l’ambition de la marque ne se limite pas à ce challenge.

Croissance et fidélisation

À fin septembre, la marque coréenne avait immatriculé 20 239 voitures sur le marché français, soit une hausse de 19 %, pour une part de marché globale de 1,35 %. « Nous sommes dans une dynamique positive, soutenue par le succès du Tucson, dont les ventes continuent de progresser un an après son lancement », commente Lionel French-Keogh, directeur général de Hyundai Motor France. En effet, au 10 octobre, la firme avait vendu 10 045 Tucson, soit le meilleur score jamais atteint pour ce modèle. L’arrivée de modèles concurrents importants n’a pas empêché le SUV coréen de séduire les clients hexagonaux. De clients qui restent majoritairement particuliers pour Hyundai sur notre territoire, puisqu’ils représentent 58 % des ventes contre 48 % pour l’ensemble du marché. Un constat qui propulse la part de marché globale de l’entreprise sur cette seule cible de clientèle à 1,7 %. Les flottes ne représentent pour le moment que 18 % des immatriculations de Hyundai pour une moyenne marché de 23 %. Un secteur que le directeur général souhaite développer par la création de centres Hyundai Entreprises mais également par l’extension du réseau, qui devrait passer de 187 points de vente à 195 en 2017. « Sur les secteurs où nous n’avons pas de concessionnaire, notre part de marché est de 0,4 %. La marque n’existe donc quasiment pas. Nous avons donc un potentiel important sur ces zones », poursuit Lionel French-Keogh. Cependant, la croissance de la marque doit passer par une meilleure fidélisation de ses clients. Un sujet capital pour le dirigeant. « Nous vendons 1 500 voitures en renouvellement chaque année, ce qui n’est pas suffisant. Nous devons atteindre la moyenne des autres constructeurs, qui se situe plutôt à 50 % des ventes. Cet objectif passe notamment par l’après-vente et le service ». Une notion qui a poussé la marque à former l’ensemble de son réseau à l’entretien et la réparation de Ioniq, contrairement à d’autres constructeurs qui ont sélectionné certains établissements.

Le segment C visé

Ioniq n’est pas seulement une voiture d’image pour Hyundai. La marque compte sur les trois déclinaisons pour renforcer sa part de marché sur le segment C. « Nous ne sommes pas très performants sur le segment C. Or, ce dernier sera l’un des plus importants dès 2017 », précise-t-il. En effet, l’i30 ne représente que 6 % des ventes de la firme dans ses versions berline et break. « Dès 2017, nous aurons cinq modèles dans cette catégorie et nous voulons passer de 2 000 voitures actuellement à 5 000 en année pleine. » Un objectif qui signifie des volumes de 3 000 unités pour Ioniq dès 2017. Un nombre réaliste grâce au choix de trois technologies, proposées à partir de 26 100 euros pour l’hybride et à 35 850 euros pour l’électrique. Le tarif de l’hybride rechargeable n’est pas encore connu. Au volant, ces deux premières versions se révèlent cohérentes mais l’hybride a tendance à secouer ses occupants sur routes sinueuses et dégradées. Un phénomène moins présent dans la version 100 % électrique. À l’exception de ce point négatif, le modèle a de quoi séduire une clientèle plus large que les amateurs d’hybrides.

L'info en continu

La TVA sur l’essence bientôt déductible pour les entreprises ? 13 octobre 2016 par Alice THUOT Constructeurs Peugeot lance son offensive SUV avec le 3008 13 octobre 2016 par Christophe CARIGNANO Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.