Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de février 2017

Le monde l’auto : bilan et prévisions des constructeurs

  • Interview  : Marc Meurer, directeur d’Audi France
  • Portrait : David Tuchbant, président du groupe Identicar
  • Dossier après-vente : Top départ pour la pièce de réemploi
  • Coup de fil SAV : Pierre-Michel Erard, directeur après-vente France de Renault

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 19 avril 2017

Et pourquoi ne pas renforcer les éléments de sécurité !

par

La Commission européenne persiste dans sa volonté de réduire de 50 % la mortalité due aux accidents de la route. On ne peut que s’en féliciter. Cet objectif louable est, bien entendu, partagé par ceux qui nous gouvernent en France. On se souviendra d’ailleurs que l’ancien président de la République Jacques Chirac en avait fait une cause majeure de son mandat.

Comme nous l’a si bien décrit Alice Thuot dans la newsletter du 20 décembre 2016, la Commission européenne propose un renforcement des équipements de sécurité obligatoires avec des mesures qui participeront immanquablement à l’amélioration de la sécurité. Parmi eux, le freinage automatique d’urgence, l’adaptation intelligente de la vitesse, l’aide au maintien de la trajectoire, le contrôle de la somnolence et de la distraction du conducteur pour ce qui concerne la sécurité active et l’affichage du freinage d’urgence, le signal de rappel du port des ceintures de sécurité, les essais de collision frontale, latérale et arrière, la normalisation de l’interface de dispositif d’anti-démarreur éthylométrique, quant à la sécurité passive.

Le carambolage ayant impliqué en décembre 2016 plus de 50 voitures en Vendée est dû au brouillard, donc aux conditions de visibilité extrêmement dégradées sur cette voie rapide. Le code de la route impose pourtant que la vitesse soit réduite à 50 km/h à partir du moment où la visibilité est inférieure à 50 m, ce qui était le cas ce jour-là. Cet accident épouvantable devrait faire réfléchir la Commission européenne sur l’adoption d’une mesure très simple à imposer aux constructeurs quant à l’utilisation du (des) feu(x) arrière antibrouillard. Tout d’abord, imposer aux constructeurs le principe d’un seul feu antibrouillard au lieu de deux qui se confondent immanquablement avec les feux stop. Cela leur coûterait d’ailleurs moins cher. On pourrait même envisager que ce feu unique représente la lettre F comme « Fog » ce qui est très facile à réaliser avec les formes infinies que l’on sait donner aux leds. Ensuite, comme il est nécessaire d’allumer ce feu antibrouillard uniquement quand la visibilité est inférieure à 50 m, imposer aux constructeurs un limiteur de vitesse à 50 km/h dès que le feu est allumé.

Cela réduirait considérablement son utilisation abusive, allumé à tort (en cas de pluie) et à travers – puis allègrement oublié par le conducteur – entraînant des éblouissements insupportables subis par les autres automobilistes. C’est malheureusement le cas aujourd’hui où l’on constate des voitures roulant à plus de 130 km/h avec une visibilité suffisante pour rouler à une telle allure, ne justifiant donc pas l’allumage de ce feu.

Autre dispositif à adopter, certes il y a moins d’urgence, c’est la pose d’un répétiteur sonore du clignotant dont le volume sonore augmenterait jusqu’à devenir insupportable aux oreilles de l’automobiliste qui a oublié de l’éteindre. L’inconvénient d’un tel dispositif serait que les automobilistes utiliseraient encore moins leurs clignotants, mais ça réduirait sans aucun doute l’usage du « clignotant bloqué à gauche » des automobilistes pressés de la file éponyme alors qu’elle est ininterrompue de voitures jusqu’à perte de vue.

Bruno Haas (brunohaas15@gmail.com) est membre de Team Auto

L'info en continu

DS lance une offensive SUV au salon de Shanghai 19 avril 2017 par Christophe CARIGNANO Constructeurs Opel présente le SUV Grandland X 19 avril 2017 par Frédéric MARTY Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.