Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de novembre 2016

Le monde l’auto - dossier spécial Mondial de l’automobile

  • Enquête - Cote d’amour des constructeurs
  • Interview - Thierry Sybord, directeur général de Volkswagen
  • Portrait - Marie-Noëlle Tavaud, directrice du GNFA
  • Coup de fil SAV - Benoît Raullin, directeur général de Bidgestone France et Benelux
  • Dossier SAV - La réception atelier à l’heure du digital

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 8 juin 2016

Comment le montage de véhicules a-t-il évolué depuis l’avant-crise ?

par

L’année 2008 a provoqué une rupture profonde dans l’industrie automobile, certaines grandes régions comme l’Amérique du Nord voyant leur production baisser de plus d’un tiers, certains pays producteurs importants comme l’Espagne ou l’Italie encore plus.

Dans un secteur aussi capitalistique, même si les médias nous abreuvent de données mensuelles plus à destination des actionnaires que des industriels, regarder dans la durée s’impose. Sur l’indicateur "montage véhicules", une petite visite sur le site de l’OICA, une pépite, puis un peu de compilation, donnent des indications assez précises, la difficulté étant plus de choisir lesquelles mettre en avant. Je m’intéresse ici à la production totale des VP, VUL, cars et bus, poids lourds, sur les années 2007 et 2015, un intervalle de huit ans. On me pardonnera de ne pas rentrer dans des détails techniques sans impact sur les résultats. D’un point de vue strictement global, le "grand total" est passé de 73 millions à 91 millions. Soit + 24 % et +2,75 % par an. Parmi les régions, l’Asie, en progressant de 31 millions à 47 millions, atteint 52 % du total en 2015, pour 42 % en 2006. Dix points de mieux. Seulement, direz-vous, vu la formidable progression de la Chine ? Elle est passée de 12 % à 27 % du total, soit 15 points ; pendant que le Japon en perdait cin, que l’Inde progressait seulement de 1,3 point, et que la Corée, qui n’a pas progressé plus aussi vite que le marché mondial, en perdait 0,6. L’Amérique du Nord fut parmi les plus impactées par la crise de 2008. Elle s’est bien redressée, passant de 15,5 millions à 18 millions de véhicules, ne perdant qu’1,3 point du gâteau. Le gagnant : le Mexique qui, en passant de 2,1 à 3,6 millions, devient le 7ème producteur mondial.

Deux régions subissent les avatars politiques et économiques récents. D’abord l’Amérique du Sud, où le Brésil perd 500 000 véhicules, à 2,5 millions maintenant, et où le Venezuela, le Chili et l’Equateur disparaissent comme producteurs. Ensuite les CIS, avec la baisse de la Russie, de 1,66 à 1,38 million, mais surtout l’effondrement de l’Ukraine, de 400 000 à 8 000. En Europe, où il est pertinent de maintenir la distinction Est – Ouest. Les "Nouveaux États Membres", ont produit autour de 3,7 millions de véhicules en 2015 et sont restés près de 4% du total. Tirent leur épingle du jeu : la Slovaquie, la République Tchèque, la Hongrie et la Roumanie. Mais la production est en baisse sensible en Pologne (-16 %) et en Slovénie (-33 %). Un peu plus à l’est, la Turquie a suivi la croissance mondiale. L’Europe de l’Ouest, elle, n’a pas récupéré : en absolu, avec 14,4 millions en 2015 pour 16,7 millions en 2007, soit une baisse de 13,5 % ; mais surtout en relatif, passant de 27 % du total à 20 % du total. Et cette baisse est très différenciée selon les pays. L’Allemagne préserve son niveau de fabrication à plus de 6 millions de véhicules tout en abandonnant 1,8 point du total. Le grand perdant, c’est la France qui passe de 3 millions à 2 millions de véhicules, et de 4 % à 2 % du total ! Ce qui limite la portée d’articles indiquant que la situation de l’industrie automobile française est au mieux depuis 2008. D’autant plus que l’Espagne et le Royaume-Uni redémarrent mieux. Saluons en particulier la performance de l’Espagne, passée par des abîmes et en passe de réussir son plan "3 millions de véhicules en 2017", parce que ses acteurs politiques, syndicaux et industriels savent privilégier l’intérêt général.

Que conclure de cette série de remarques peut-être fastidieuses et pas réellement réjouissantes ? D’abord que j’espère avoir éveillé votre curiosité sur ces sujets et ces données facilement accessibles sur le site de l’OICA (et résultant du travail des statisticiens du CCFA). Ensuite que ce résumé ne couvre pas tout, loin s’en faut, et que d’autres pays, principalement asiatiques, ont connu des évolutions importantes, en plus ou en moins. Enfin, que l’analyse des causes est plus utile que les seules données, et qu’à l’évidence, les politiques publiques orientent ces évolutions au fort impact sur l’économie des pays vu l’effet de levier sur les filières et les services.

Luc BASTARD (luc.bastard78@gmail.com) est membre de TEAM Auto

L'info en continu

By My Car confirme son intention de racheter le groupe Delorme 8 juin 2016 par Alice THUOT Distribution VN Le groupe Bernard renforce sa présence dans le véhicule industriel 8 juin 2016 par Alice THUOT Distribution VN

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.