Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de novembre 2016

Le monde l’auto - dossier spécial Mondial de l’automobile

  • Enquête - Cote d’amour des constructeurs
  • Interview - Thierry Sybord, directeur général de Volkswagen
  • Portrait - Marie-Noëlle Tavaud, directrice du GNFA
  • Coup de fil SAV - Benoît Raullin, directeur général de Bidgestone France et Benelux
  • Dossier SAV - La réception atelier à l’heure du digital

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 18 mai 2016

Code de conduite

par

Le permis de conduire est le premier examen en France avec un nombre croissant de candidats. Ils étaient près de 1 500 000 candidats au code de la route en 2015 pour un taux de réussite légèrement supérieur à 70 %. Quand quelque chose ne marche pas trop mal, il y a toujours quelqu’un dans un ministère qui va essayer de le compliquer sous le prétexte « il faut bien que je justifie mon boulot, non ? »

Eh bien, nous n’y avons pas échappé avec une réforme du permis de conduire applicable au 1er mai avec 1 000 questions dans la base de données... comme au Trivial Pursuit. L’objectif de cette réforme : améliorer la formation de la population à risque que représentent les jeunes conducteurs impliqués dans un quart des accidents corporels, ce qui est louable après tout mais quand même… 1 000 questions.

Douche froide pour les 3 000 candidats du 2 mai : d’une part, ils ont appris que désormais ils allaient payer pour l’examen du code qui était gratuit jusque-là et, d’autre part, ils devaient répondre à des questions qui n’avaient pas été abordées dans les auto-écoles : résultat un peu plus de 16 % de réussite contre 70 % auparavant (!). Du côté de la délégation à la sécurité routière on se sent un peu gêné et on annonce déjà qu’on va revoir rapidement la situation. C’est vrai que pour les jeunes conducteurs, cibles de cette réforme, répondre à la question « Comment installer un siège bébé ? » ou encore « À partir de quelle hauteur de neige doit-on installer les pneus neige ? », c’était plus important que de les alerter sur le danger de consommer de l’alcool ou du cannabis. Quelle improvisation !

Oui, il faut revoir la situation et faire en sorte que le permis ne soit pas un examen pour les élites. Le nombre de conducteurs sans permis est déjà estimé autour de 500 000 selon 40 millions d’automobilistes. D’accord c’est moins que les 750 000 conducteurs sans assurance, mais en compliquant un peu plus le processus d’obtention du permis et en augmentant son prix, sans oublier le délai pour repasser l’examen en cas d’échec : son coût ne risque-t-on pas de décourager les candidats ? Si on veut améliorer la formation des jeunes conducteurs, pourquoi ne pas intégrer le permis de conduire dans le cursus scolaire ? Ah oui ! Mais du coup on va avoir toutes les auto-écoles dans la rue, donc c’est une mauvaise idée. Souvenons-nous de cette autre réforme récente du permis de conduire en janvier 2015 inscrite dans la loi Macron pour permettre aux agents de La Poste de faire passer le permis aux apprentis conducteurs qui attendaient depuis trop longtemps une session. Et si ce n’était pas encore assez, on nous promettait aussi un renfort avec les anciens policiers et militaires. Est-ce que cela a vraiment contribué à réduire les délais entre deux examens ? Pas sûr qu’on nous réponde.

La prochaine étape de la réforme du permis, qui consiste à habiliter des entreprises privées à surveiller le code, entrera prochainement en vigueur. L’objectif est de décharger les inspecteurs du code afin qu’ils ne se consacrent qu’à la conduite. La plage horaire des examens pour passer le code devrait être élargie jusqu’à 19 heures et même le samedi, ça va plutôt dans le bon sens.

Évidemment pour une entreprise privée, plus il y aura d’échecs et de passages répétés et plus ... non je n’ai rien dit.

Bernard Coste (bc@bernard-coste.com) est membre de Team Auto

L'info en continu

Véhicule autonome : Volkswagen investit dans l’intelligence artificielle 17 mai 2016 par Christophe CARIGNANO Constructeurs Le marché de l’occasion fait moins bien que celui du neuf 18 mai 2016 par Alice THUOT Distribution VO

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.