Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de décembre 2016

Le monde de l’auto : Cote d’amour des financeurs, distributeurs-financeurs. Une relation plus solide que jamais

  • Interview : Serge Naudin, président du directoire de BMW France
  • Portrait : Raphaël Bretecher, directeur général du département design de Hyundai Motor Europe
  • Coup de fil SAV  : Christophe Musy, directeur de PSA Aftermarket
  • Dossier SAV  : Formation technique  : passage obligé de la qualité de service

Edito | Découvrir

S’abonner

jeudi 6 août 2015

Bilan 2014 mitigé pour les équipementiers français

par

Après deux années de baisse de leur activité, les usines françaises d’équipement automobile ont bénéficié d’une reprise de la production de véhicules légers. Ce qui n’a pourtant pas empêché toujours plus de destructions d’emplois selon le Fiev, syndicat des fabricants d’équipements et de pièces pour automobiles.

Dans un contexte où la production de véhicules légers a progressé de 4,5 % en France et de 4,7 % en Europe en 2014, les ventes des usines françaises d’équipement automobile ont augmenté de 4,3 % pour un montant global de 15,6 milliards d’euros. Dans le détail, les ventes pour la première monte (composants, systèmes ou modules facturés aux constructeurs) en France ou hors France, ont participé à ce résultat à hauteur de 13,3 milliards d’euros, soit une progression de 4,5 % par rapport à 2013. Les ventes aux clients de la rechange, (France et exportation), ont également connu une dynamique positive avec une hausse de 2,8 % pour un montant total de 2,3 milliards d’euros. 54 % des 15,6 milliards d’euros, soit 8,44 milliards d’euros, ont été générés sur les marchés d’exportation, une proportion en croissance de 2 % par rapport à l’année précédente. Les 129 entreprises étrangères implantées en France, attirées notamment par la situation géographique stratégique de l’Hexagone, la qualité de sa main d’œuvre et de ses infrastructures, ont contribué à hauteur de 59 % du chiffre d’affaires du secteur.

La balance commerciale positive malgré une hausse des importations

Autre constatation de la Fiev, cette fois-ci moins positive : en 2014, les exportations d’équipements et de pièces pour l’automobile ont reculé de 2 % pour atteindre 19,6 milliards d’euros. L’Europe demeure le territoire d’échanges privilégié pour les équipementiers français qui y réalisent 78 % de leurs exportations et 82 % de leurs importations. L’Asie représente le deuxième partenaire commercial en générant 10 % des exportations et 9 % des importations des entreprises françaises d’équipements et de pièces. Parallèlement, les importations ont augmenté d’1,2 % à 18,1 milliards. 2014 s’est donc toutefois clôturée sur un excédent d’1,54 milliard d’euros, un montant en baisse de 28 % par rapport à 2013.

Des effectifs toujours en décroissance

Si l’année 2014 a donc bel et bien été marquée par une reprise de l’activité des équipementiers, les effectifs n’ont en revanche pas cessé de décroître. Depuis 2007, ils se sont ainsi contractés de 35 % avec au total 73 767 personnes employées, contre 114 446 en 2007. Par rapport à 2013, le recul des effectifs s’établie à 3,4 %. Entre 2013 et 2014, 2 607 emplois ont été supprimés chez les équipementiers français. Pour rappel, l’industrie automobile dans sa globalité a généré 11 500 destructions d’emplois. Un recul que Jacques Mauge, président de la FIEV explique par l’impératif de la compétitivité, dans un environnement concurrentiel exacerbé par la montée en puissance des zones émergentes. « Afin de maintenir leur compétitivité et de s’adapter à l’évolution du niveau d’activité de leurs clients nationaux, les équipementiers ont procédé à des ajustements progressifs de leur appareil de production », a-t-il noté.

Horizon dégagé d’ici 2020

La croissance du marché européen pour 2015 estimée à plus de 5 % devrait logiquement impacter positivement la production de véhicule, notamment en France. C’est dans ce contexte que les usines nationales d’équipement automobile pourraient bien bénéficier d’une progression de leur activité d’environ 4 % selon le Fiev. Une croissance pérenne dans le temps puisqu’en 2020, ce sont 103,6 millions de véhicules qui, selon les projections, pourraient être assemblés dans le monde, contre 85,6 millions en 2014. Ce qui correspond à un taux annuel moyen de 3,2 % entre 2014 et 2020. Attention cependant, toutes les zones géographiques ne profiteront pas de manière égale de ce dynamise. Les marchés émergents contribueront à 80 % de cette progression, dont 50 % pour la Chine à elle seule. En Europe, la reprise sera plus progressive d’ici à 2020, mais la production ne retrouvera cependant jamais son niveau d’avant crise. Cela suffira-t-il à enrayer l’inexorable chute des effectifs ?

L'info en continu

La part du diesel continue sa chute dans les ventes de VN 5 août 2015 par Alice THUOT Constructeurs Pièces de rechange en ligne : qui sont les acheteurs ? 6 août 2015 par Alice THUOT Après-vente

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.