Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de juin 2017

Monde de l’auto : vente en ligne, entre tendance et réalité

  • Interview : Pierre-Martin Bos, directeur des marques Fiat et Abarth en France
  • Portrait : Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot
  • Dossier après-vente : Peinture, le défi de la colorimétrie
  • Coup de fil SAV : Yann Gyssels, co-fondateur de Yakarouler

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 2 novembre 2016

Mondial de Paris : le pavillon 3 ou le Grand Bazar

par

Le parc des expositions de la porte de Versailles était en pleine rénovation. Il a donc fallu faire avec la place disponible mais, quand même, l’utilisation des emplacements et des surfaces est un peu discutable.

On ne voit pas bien la présence de tous ces équipementiers dans le pavillon 1. On pourrait à la limite comprendre la présence de Faurecia, Michelin, Valeo, mais pourquoi Bridgestone, Plastic Omnium ou Reydel ? Que dire de l’immense stand Red Bull, avec distributeurs de boissons, qui proposait un changement de roue chronométré sur une Formule 1, pourquoi avait-il un stand à cet endroit ? Et le Britannique Coys qui mettait aux enchères plus de 100 vintages à la vente, du jamais vu au Mondial de Paris, ne se serait-il pas trompé de salon avec Rétromobile ? Booxt, lui, exposait des buggies ? Toutes ces surfaces auraient probablement été mieux utilisées par les marques automobiles.

Le pavillon 3 ressemblait au Grand Bazar d’Istanbul. Il y avait de tout, des équipementiers, des produits audio grand public, des systèmes de navigation, des bornes de recharge, un gars spécialisé dans les crémaillères de direction pour les petites et moyennes séries automobiles, lui aussi, il s’est visiblement trompé de salon avec Equip’Auto. Certes, ce pavillon n’est pas un bâtiment facile avec un escalier qui le coupe en deux niveaux, mais là cette année ce fut vraiment n’importe quoi. S’il n’y avait pas eu le stand Honda à l’entrée en arrivant du pavillon 1, beaucoup auraient shunté la visite de ce bâtiment. On réussit quand même à distinguer au loin en haut dans le fond le logo de Hyundai, mais avant d’y aller on découvrait TomTom, Coyote, Blablacar, Traqueur un localisateur de véhicules volés, une entreprise générale de bâtiment qui proposait des abris de jardin et de voitures en bois comme on en voit à la Foire de Paris. Ah ! Il y avait quand même Mitsubishi que l’on voyait au dernier moment, car le stand était caché par les fabricants de voitures sans permis. Isuzu et Kia étaient carrément dans le fond à droite du bâtiment. Là, il fallait être dans leur allée pour découvrir leurs stands coincés entre un importateur de voitures américaines et l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique dont on se demande ce qu’elle présentait sur son stand d’ailleurs. Pour Isuzu, on pourrait à la limite comprendre mais pour Kia (près de 30 000 immatriculations en 2015) et Hyundai (24 000 pour la même année), l’organisateur aurait quand même pu leur attribuer des emplacements convenables qui correspondent à leurs positions sur le marché au lieu d’être relégués au fond du fond. Il y en avait, pourtant, de la place avec toutes ces marques absentes cette année ... On pourrait également faire des remarques sur le pavillon 4 mais, là, les constructeurs étaient en première ligne et les équipementiers ou les sociétés de services placés dans le fond du bâtiment ce qui est logique.

Au Mondial de l’auto, on vient avant tout pour voir des voitures. L’organisateur aurait quand même pu essayer de privilégier les marques présentes sinon elles risquent de rejoindre la liste des absentes en 2018. Le remplissage ne devait intervenir qu’après. Pour tout vous dire, cela m’a rappelé Surcouf un magasin très populaire dans les années 90 et qui a disparu dix ans après. Vous vous souvenez de la foire qu’il y avait là-dedans. Le pavillon 3 c’était la même chose cette année.

Bernard Coste (bc@bernard-coste.com) est membre de Team Auto

L'info en continu

Le véhicule autonome Valeo à la conquête de l’Europe 28 octobre 2016 par Alice THUOT Secteur Les véhicules verts proches de 1,5 % de part de marché en 2016 2 novembre 2016 par Alice THUOT Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.