Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de juin 2017

Monde de l’auto : vente en ligne, entre tendance et réalité

  • Interview : Pierre-Martin Bos, directeur des marques Fiat et Abarth en France
  • Portrait : Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot
  • Dossier après-vente : Peinture, le défi de la colorimétrie
  • Coup de fil SAV : Yann Gyssels, co-fondateur de Yakarouler

Edito | Découvrir

S’abonner

mercredi 30 août 2017

ACEA : « Il y aura toujours un écart entre les émissions mesurées en laboratoire et en conditions réelles »

par

En septembre 2015, le scandale du dieselgate éclatait, révélant des tricheries sur les véritables niveaux d’émissions des véhicules testés via le cycle d’homologation NEDC, réalisé en laboratoire. Discrédité, ce dernier laisse désormais place à un nouveau cycle d’homologation.

Après des mois de discussions, le nouveau cycle d’homologation WLTP, opérationnel à l’échelle mondiale, entre en vigueur aujourd’hui, vendredi 1er septembre, remplaçant ainsi le cycle NEDC. À cette occasion, entretien avec un Kasper Peters, porte-parole de l’Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA).

A. I. : Pourquoi était-il temps de remplacer le test d’homologation NEDC ?

ACEA : L’ancien test de laboratoire NEDC a été conçu dans les années 1980. En raison de l’évolution de la technologie et des conditions de conduite, il est devenu obsolète aujourd’hui. L’Union européenne a donc développé un nouveau test, appelé WLTP.

A. I. : Quelles sont les principales différences entre le processus NEDC et WLTP ?

ACEA : Alors que l’ancien test NEDC détermine les valeurs basées sur un profil de conduite théorique, le cycle WLTP a été développé à l’aide de données de conduite réelle rassemblées dans le monde entier. Il représente donc mieux les profils de conduite quotidiens. Concrètement, WLTP présentera des conditions d’essai beaucoup plus réalistes.

Seront pris en compte :

- Un comportement de conduite plus réaliste ;
- Un plus grand panel de situations de conduite (urbain, péri-urbain, route principale, autoroute) ;
- Des distances de test plus longues ;
- Des températures ambiantes plus réalistes, plus proches de la moyenne européenne ;
- Des vitesses moyennes et maximales plus élevées ;
- Une puissance de moteur moyenne et maximale plus élevées ;
- Des accélérations et décélérations plus dynamiques et représentatives ;
- Des arrêts plus courts ;
- Les équipements en option : les valeurs de CO2 et la consommation de carburant sont actuellement relevées sur des véhicules sortis d’usine ;
- Des conditions plus strictes de configuration des véhicules.

En raison de toutes ces évolutions, WLTP fournira une base beaucoup plus précise pour calculer la consommation et les émissions de carburant d’un véhicule. Et fournira donc une garantie que les mesures de laboratoire reflètent mieux la performance sur route d’un véhicule.

A. I. : Avec ce cycle WLTP, la consommation mesurée va-t-elle finalement approcher la consommation réelle ?

ACEA : Même si le cycle WLTP fournira une représentation beaucoup plus réaliste des conditions rencontrées sur la route par rapport à l’ancien test de laboratoire NEDC, il ne couvrira pas toutes les variantes possibles. En outre, chaque conducteur individuel continuera d’avoir un style de conduite différent : un conducteur peut accélérer plus vite, prendre les virages plus rapidement ou freiner plus soudainement par rapport à un autre qui pourrait conduire plus prudemment.

Étant donné que le comportement de conduite, le trafic et les conditions météorologiques continueront à différer d’un pays à l’autre, il y aura toujours une différence entre les émissions mesurées en laboratoire et en conditions réelles. Cependant, comme il n’y a pas de valeur d’émission unique, les valeurs obtenues par des tests de laboratoire standardisés nous permettent de comparer directement les émissions et la consommation de carburant de différents modèles de voitures de différents constructeurs automobiles.

A. I. : Quels seront les effets de l’entrée en vigueur du WLTP sur la taxation des véhicules ?

ACEA : WLTP présentera des conditions beaucoup plus réalistes pour mesurer les émissions. Il fournira donc une base plus précise pour calculer la consommation et les émissions de carburant d’une voiture. Le passage à WLTP aura donc également des répercussions sur la taxation des véhicules. À l’heure actuelle, 19 États membres de l’Union européenne appliquent une taxe sur le CO2 aux véhicules en fonction des valeurs de CO2 relevées pendant les tests pratiqués en laboratoire. Tout simplement parce qu’il est plus rigoureux que l’ancien test, WLTP entraînera des valeurs de CO2 plus élevées par rapport à NEDC. Toutefois, comme la performance de la voiture elle-même ne sera pas affectée, l’ACEA appelle les gouvernements nationaux à veiller à ce que la transition vers le WLTP n’affectera pas négativement la fiscalité des véhicules.

En réalité, la situation varie d’un État membre à l’autre. La première imposition basée à partir du cycle WLTP sera opérationnelle en septembre 2018, en Allemagne par exemple puis en janvier 2019 pour la France et l’Espagne. Tandis que l’Allemagne prévoit de maintenir le système fiscal actuel, ce qui signifie effectivement que l’imposition augmentera, la France souhaite quant à elle un impact neutre sur la fiscalité.

A. I. : Quelle sera la contribution du processus RDE ? Quand sera-t-il opérationnel ?

ACEA : Les tests en conditions de conduite réelle (RDE) mesureront les polluants, tels que les NOx, émis par les voitures lorsqu’ils sont testés sur la route. RDE ne remplacera pas les tests de laboratoire tels que le WLTP, mais sera complémentaire. L’Europe sera la première région au monde à présenter de tels essais sur la route, marquant un grand pas dans l’évaluation des émissions des véhicules. Ces tests en conditions de conduite réelles s’appliqueront en septembre 2019 pour tous les types de véhicules.

L'info en continu

Thierry Lespiaucq, groupe VW France : « Il n’y a pas d’affaire de falsification des (...) 30 août 2017 par Alice THUOT Constructeurs Nissan Micra 71 chevaux : en plein dans la tendance 30 août 2017 par Frédéric MARTY Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.