Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de décembre 2016

Le monde de l’auto : Cote d’amour des financeurs, distributeurs-financeurs. Une relation plus solide que jamais

  • Interview : Serge Naudin, président du directoire de BMW France
  • Portrait : Raphaël Bretecher, directeur général du département design de Hyundai Motor Europe
  • Coup de fil SAV  : Christophe Musy, directeur de PSA Aftermarket
  • Dossier SAV  : Formation technique  : passage obligé de la qualité de service

Edito | Découvrir

S’abonner

vendredi 12 février 2016

En 2016, le recrutement par cooptation se développera-t-il encore ou pas ?

par

À l’heure des réseaux sociaux et du développement de l’économie de partage, nous sommes souvent invités plus ou moins bénévolement à faire quelque chose pour un entourage plus ou moins proche.

Partager partiellement ses biens, ses compétences ou échanger son savoir-faire est devenu tendance. Par exemple, le covoiturage, la traduction de documents administratifs en langue étrangère, la sous location d’un logement voire maintenant la location d’outils professionnels ou même d’un pont élévateur aux particuliers sont des pratiques qui se développent. Avec l’incitation des salariés à la cooptation pour le recrutement, certaines entreprises voudraient-elles aussi amener ce modèle dans la gestion des ressources humaines ? La cooptation existe cependant depuis longtemps mais peut-elle devenir à elle seule l’avenir principal du recrutement ? La méthode moins onéreuse qu’une annonce sur un job-board ou qu’une prestation de cabinet de recrutement est-elle pour autant aussi efficace ? Selon le principe du « qui se ressemble, s’assemble », n’y-a-t-il pas un risque pour l’entreprise de clonage voire de copinage ? Les salariés ont-ils toujours envie d’avoir leurs relations comme collègues ? Que se passe-t-il si l’entreprise décide de rémunérer ces indications ? Ces questions parmi d’autres se posent aux dirigeants. Pour y répondre, l’analyse de plusieurs points se justifie.

Tout d’abord les résultats à 3 ans des recrutements réalisés dans tous les secteurs d’activité montreraient qu’en moyenne un peu moins de la moitié des recrutés par cooptation sont encore présents dans l’entreprise, contre environ 15 % seulement pour les collaborateurs recrutés par d’autres moyens. Outre le gain de temps, coopter permettrait selon les avocats de la méthode de réduire aussi les coûts de recrutement, d’améliorer la qualité des candidatures et de favoriser l’engagement des salariés en renforçant leur sentiment d’appartenance. Il est vrai, qu’à l’heure où la notion de marque employeur prend une certaine importance, s’attacher des ambassadeurs parmi les salariés parait un projet intéressant au point que certains voudraient le pousser à l’extrême jusqu’à reproduire une sorte de "Tripadvisor" du recrutement. Mais recruter reste un métier où il serait difficile de recommander un futur collaborateur comme on le fait pour un hôtel. Recruter c’est trouver "qui peut" dans le groupe des "qui veut". La cooptation facilite les étapes de sourcing et de présélection, souvent fastidieuses, mais ne remplace pas le travail d’évaluation du recruteur.

On constate ensuite que la cooptation est plus répandue dans les fonctions commerciale et marketing. Plus généralement, la cooptation fonctionne d’autant mieux que l’entreprise possède une certaine taille. La taille garantit un réseau suffisamment étendu et évite que des groupes de connaissances, voire d’amis, se retrouvent à travailler ensemble. Enfin pour sécuriser le développement de la méthode dans l’entreprise il resterait à éviter le clonage. Ce point se discute par le fait que de toute façon chaque recruteur à des filtres, conscients et inconscients, qui font qu’il ira plus volontiers vers tel ou tel profil. La cooptation permettrait alors d’aller au-delà de ces barrières, en proposant des profils qui n’auraient peut-être pas, sans cela, figuré dans la première sélection.

Pour faire fonctionner la démarche il reste à susciter l’implication des salariés, sans lesquels rien n’est possible. Pour qu’ils jouent le jeu sans avoir peur d’être stigmatisés s’ils n’ont personne à recommander ou d’être pénalisés si leur recrue ne fait finalement pas l’affaire, l’expérience montre qu’une contrepartie financière ou matérielle au service rendu exonère le prescripteur du poids du suivi et de l’angoisse du risque d’échec. Si la cooptation présente finalement des atouts, elle a cependant ses limites notamment dans le risque de voir l’entreprise se vider lors du départ du grand prescripteur.

L'info en continu

Volkswagen s’associe à Easytrip en faveur de l’électromobilité 12 février 2016 par Alice THUOT Secteur RCI Banque devient RCI Bank et Services 15 février 2016 par Christophe CARIGNANO Secteur

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.